3 raisons qui font que je n’ai pu rentrer dans Alita : Battle Angel

1 071

1. Le sang bleu

“Hé, et si on profitait du fait que ce sont des cyborgs et on utilisait une autre couleur pour le sang ? Ça permettrait d’éviter que le film ne soit interdit aux moins de 12 ans !”
“D’accord, appelons ça du fluide robotique, et ça sera noir, comme du pétrole.”
“Non, les comités de classifications pourraient encore croire que c’est du sang, juste plus sombre. Partons sur du bleu !”
“Ouais, très bonne idée !”
Non, ce n’est pas une très bonne idée. Je ne vais pas essayer de justifier en quoi les cyborgs ont besoin de sang pour irriguer leurs cerveaux, parce qu’on pourrait toujours dire que dans le futur il y aura ce liquide compatible à la fois avec les humains et les machines, même si le manga et l’anime montraient du sang normal.
Je vais juste dire que ça a l’air stupide, et pas aussi impactant que de voir du sang rouge.

2. Des visages en plein dans la Vallée dérangeante (Uncanny Valley)

“Les cyborgs, ils auront plein de parties mécaniques, non ?”
“Ouais !”
“Alors, il y aura beaucoup d’images de synthèse. Étant donné qu’on va faire des modèles 3D de toute manière, pourquoi ne pas utiliser des têtes en CGI ? Comme ça, on n’aura pas à s’embêter à mélanger des corps robotiques et des visages réels.”
“C’est du génie !”
Non, c’est affreux. Même si c’était entièrement un film d’animation en 3D, l’approche réaliste des designs entre déjà dans la Vallée dérangeante : cette sensation étrange comme quoi les personnages ressemblent à des humains, mais quelque chose sonne faux et perturbant. C’est encore pire dans Alita : Battle Angel car il y a un mélange entre des prises réelles et des personnages en CGI, ce qui fait que la différence ressort d’autant plus.

C’est normal d’avoir des proportions stylisées pour des anime, des dessins animés ou des cartoons, mais ça semble étrange quand c’est appliqué à un style réaliste. Alita a de gros yeux bizarres, et je ressentais souvent une impression de flottement dans ses mouvements, comme si elle ne pesait rien et n’était pas assujettie à la gravité du monde qui l’entoure. Sa tête a l’air d’un ballon gonflable !

Outre Alita, certains des autres cyborgs ont des visages en CGI qui hurlent « scène de jeu vidéo à petit budget ». La lumière, les ombres et les détails sonnent faux, la focalisation et les détails n’ont pas un rendu similaire à de la vraie peau capturée par une caméra, parfois il y a une lueur étrange, et pour certains personnages mineurs, la peau est complètement lisse, encore une fois n’ayant pas l’air d’appartenir au monde réel.

Ce qui rend les choses encore pire c’est que Zapan est fantastique. Je serais surpris d’apprendre que son visage est en CGI, pour une fois il a l’air authentique. Non seulement ça met en avant à quel point les autres visages sont ratés, mais aussi ça contredit l’hypothèse comme quoi les cyborgs doivent avoir des visages en CGI tandis que seuls les humains normaux sont représentés par des acteurs réels. Si tous les cyborgs avaient de vrais visages comme Zapan (dont Alita), j’aurais sans doute un peu plus apprécié le film.

3. Dialogues et histoire

Ce point est un peu plus dur à définir, mais il y avait souvent des lignes de dialogue qui me sortaient complètement de l’histoire.
En termes de narration, Alita souffre d’amnésie et nous découvrons le monde à travers ses yeux. Étant donné qu’il n’y a pas d’indice nous montrant le contraire, nous en savons autant qu’elle, nous faisons l’expérience de ce qu’elle vit. Mais ensuite, il y a des lignes de dialogue qui référencent des conversations auxquelles nous n’avons pas assisté ! Le passage le plus révélateur est le discours d’Alita en face des Hunter-Warriors, dans lequel elle prétend avoir entendu qu’ils étaient les héros d’Iron City (au lieu des stars de Motorball ?) et que Grewishka est leur ennemi commun. Même si je pourrais éliminer le premier problème en me disant qu’Alita les flatte pour promouvoir son argument, la seconde partie de son discours est justement son argument. Mais nous n’avons jamais été introduits au fait que Grewishka est un problème pour les autres Hunter-Warriors qu’Ido et Alita ! Il y a plein de lignes de dialogues comme ça parsemées dans le film, et à chaque fois ça arrêtait net mes pensées et me sortait de l’expérience du film.

Peut-être que ces phrases faisaient référence à des scènes coupées pour rendre le film moins long ; je ne sais pas, mais ça me gênait beaucoup. Une façon de diminuer ces critiques (mais pas toutes) aurait été de rajouter des scènes montrant le passage du temps, sans que le spectateur ne soit forcément au courant de tous les petits détails.

Et enfin, il y avait plein de discussions bizarrement artificielles ou niaises, y compris certaines qui avaient pour but de nous remettre en tête des détails de l’histoire, comme quand Alita sort son cœur pour Hugo. N’oublions pas non plus la défense pitoyable d’Hugo contre les accusations de Zapan, et ce malgré une situation de vie ou de mort: c’est très pratique pour faire avancer l’histoire là où le scénario le veut. Ces petites choses ne suffisent pas à me sortir du film, mais accumulées à tout le reste, ça me brisait mon immersion.

4. Bonus : Qu’est-ce qui ne va pas avec la tête d’Hugo ?

Pour une fois, j’aurais bien voulu un remplacement par des CGI !

Conclusion

Avec ses 170 millions de dollars de budget, ça ne me surprend pas que le film ne soit pas classifié comme interdit aux moins de 16 ans et ciblé pour les adultes… Ce qui explique le sang bleu. Aussi, les têtes en images de synthèse sont probablement plus familières pour les enfants. Combiner le festival de CGIs, le faux sang et les dialogues niais m’a conduit a penser que c’est un film ciblant les enfants, et je peux comprendre en quoi ils trouveraient Alita : Battle Angel cool et audacieux (il y a parfois un petit échantillon de sang rouge !). Mais en tant qu’adulte que aime les aspects plus sombres des films, mangas et anime, je n’arrivais vraiment pas à rentrer dans Alita : Battle Angel. En tout cas, c’était quand même mieux que l’insipide Ready Player One.

P.S. : Dans mon précédent article je disais que quelque chose était en approche ; j’ai démarré ce projet et je pourrais déjà en montrer quelque chose, mais je vais encore attendre quelques semaines d’avoir produit plus de contenu. Mais bon, ça restera peu, je manque cruellement de temps libre !

Les commentaires sont fermés.